Delphine Diallo est une artiste plasticienne et photographe française et sénégalaise basée à Brooklyn.

 

Elle est diplômée de l'École d'art visuel de l'Académie Charpentier à Paris en 1999 avant de travailler dans l'industrie de la musique pendant sept ans en tant qu'artiste à effets spéciaux, monteuse vidéo et graphiste. En 2008, elle a déménagé à New York pour explorer sa propre pratique après avoir abandonné un poste de directrice artistique coopérative à Paris. Diallo a été encadrée par le célèbre photographe et artiste de Peter Beard qui a été impressionné par sa créativité et sa spontanéité avant de lui proposer de collaborer pour la séance photo du calendrier Pirelli au Botswana. Inspirée par de nouveaux environnements lors de ce voyage, elle a décidé de retourner dans la ville natale de son père, Saint-Louis au Sénégal, pour commencer sa propre quête de vision.

 

Recherchée pour défier les normes de notre société, Diallo se plonge dans le domaine de l'anthropologie, de la mythologie, de la religion, des sciences et des arts martiaux pour libérer son esprit. Son travail l'emmène dans des régions éloignées, car elle insiste pour passer du temps intime avec ses sujets pour mieux représenter leur énergie la plus innée “Je traite mon processus comme s'il s'agissait d'une aventure libérant un nouveau protagoniste» - les puissants portraits de Diallo démasquent et remuent une perspicacité décomplexée qui permet à son public de voir au-delà de la façade. «Nous sommes constamment à la recherche d'émerveillement et de croissance. Je vois l'art comme un récipient pour exprimer la conscience et un accès à la sagesse diffuse, à l'illumination, à la peur, à la beauté, à la laideur, au mystère, à la foi, à la force, à la matière sans peur et universelle”.

 

Partout où elle le peut, Diallo combine l'art et l'activisme, poussant les nombreuses possibilités d'autonomisation des femmes, des jeunes et des minorités culturelles par la provocation visuelle. Diallo utilise la photographie analogique et numérique et les collages alors qu'elle continue d'explorer de nouveaux médiums. Elle travaille à créer de nouvelles dimensions et un lieu où la conscience et l'art sont un langage universel en reliant les artistes, en partageant des idées et en apprenant.

  

"Mon intention est de changer le regard en photographie, de créer un nouveau récit pour autonomiser les femmes noires et de créer de nouvelles expériences pour que la conscience se développe. Les femmes ont besoin de différents types de récits. Le corps de la femme devrait être l'un des endroits les plus respectables sur sans elle, nous ne naîtrons pas, ni ne ressentirons un amour inconditionnel. Tant de femmes noires qui ont été maltraitées, méprisées, trahies comprennent le pouvoir de guérir parce qu'elles n'avaient pas d'autre choix pour continuer la vie. Pendant des siècles, le La société patriarcale a transformé le corps de la femme noire en objet. Je veux apporter une grande nouvelle vision des archétypes féminins noirs: l'exploratrice, la reine, la déesse, l'innocent, le sage, la mère, le soignant, le dirigeant, l'amant , la guerrière spirituelle, la magicienne, la femme ordinaire, tant d'autres… C'est la naissance du féminin divin en moi (et en nous tous) qui passe par nos familles et nos ancêtres, une énergie autrefois opprimée”.